Vigilance météorologique
Vigilance crues nationale
Stations météo en direct 24/7
> Olivet & Orléans-la-Source
> Montargis
> Courtenay
Aller au contenu

Anticyclone et dépression

Météorologie
En météorologie, on surveille la position des hautes et basses pressions pour prévoir le temps. Elles sont liées au réchauffement et au refroidissement de la terre et de la mer, deux phénomènes qui conditionnent à leur tour le comportement de l'air.
En général, les zones de hautes pressions sont nommées anticyclones, et celle de basses pressions dépressions.

La limite entre un anticyclone et une dépression est fixée à 1013,25 hectopascals (hPa). C'est la valeur de la pression moyenne au niveau de la mer.

Dans les deux cas (haute ou basse pression), c'est la différence de température entre des masses d'air placées les unes à côté des autres qui provoquent les mouvements ascendants et descendants et conditionnent les mouvements horizontaux. L'air se dirige toujours des zones de hautes pressions vers celles de basses pressions.

Si sur terre c'est l'air froid qui se dirige vers le chaud, en altitude c'est l'opposé.
Changement de pression avec l'altitude et le mouvement de l'air
Changement de pression avec l'atitude et le changement d'air
Les basses pressions (dépressions ou cyclones)
En condition de basse pression, l'air vient d'une zone de haute pression et court parallèlement au sol. À la surface, il se réchauffe et se charge en vapeur d'eau. À un certain stade, ce réchauffement constant soulève l'air vers le haut. À partir de ce moment, il commence à se refroidir de nouveau. Quand la température est assez basse, la vapeur d'eau se condense et les nuages se forment.

La basse pression est donc annonciatrice de mauvais temps ou de dégradation des conditions atmosphériques. Les premiers signes sont l'apparition de nuages élevés, cirrus, cirro-stratus, stratus, suivi de nuages plus menançants, accompagnés de pluies et d'une levée progressive du vent. Ce type de mauvais temps peut persister plusieurs jours.
Les hautes pressions (anticyclones)
À contrario, si la terre rafraîchit l'air au lieu de le réchauffer, on assiste à une situation de hautes pressions avec circulation opposée. L'air se déplace vers les basses pressions en laissant derrière lui un vide en captant l'air froid d'altitude qui se réchauffe durant sa descsente. Il en résulte alors une diminution de son humidité relative accompagnée d'une dispersion des nuages. La haute pression annonce généralement du beau temps !

Parfois, le rayonnement solaire peut être à l'origine de mouvements ascendants qui entraînent la formation de cumulus locaux. Ce sont des nuages dits "de beau temps" sans risque de précipitations.
Sens de rotation des anticyclones et des dépressions selon l'hémisphère
L'effet de Coriolis fait en sorte qu'autour d'un anticyclone (H sur le graphique), l'air tourne dans le sens d'une aiguille d'une montre dans l'hémisphère nord et tourne dans le sens inverse dans l'hémisphère sud. Pour une depression (L sur le graphique), c'est le contraire.
Anticyclones d'été
Les anticyclones d'été sont caractérisés par un ciel bleu ou de rares cumulus qui se dispersent rapidement, et par l'absence totale ou quasi totale de vent : c'est le temps d'été typique ! La chaleur persiste avec une augmentation de la température pendant plusieurs jours.

Anticyclones d'hiver
Les anticyclones hivernaux, quant à eux, provoquent souvent une période durable de froid accompagnée le plus souvent de fortes gelées et quelques fois du brouillard surtout en cas d'inversion de température, fréquente en automne et en hiver.
En hiver, c'est le refroidissement par rayonnement qui domine durant la nuit en favorisant la formation de brouillards et de nuages bas. Le rayonnement solaire reçu par le sol est très faible alors que le rayonnement infrarouge perdu par le sol reste assez important.
Temps anticyclonique
Les centres d'action
Un centre d'action est un anticyclone ou une dépression agissant sur une grande étendue gardant une forme ainsi qu'une position géographique quasiment stationnaire sur de longues périodes, comme une saison. Il a alors une grande influence sur le mouvement des flux perturbés et sur la circulation atmosphérique des vents sur la surface qu'il occupe. En se déplaçant des hautes aux basses pressions, l'air faît naitre le vent.

L'extension des zones de dépression et d'anticyclones n'est pas figée, même s'il existe des situations typiques et récurrentes. Ainsi, dans les régions subtropicales, les hautes pressions sont bien plus stables qu'à nos latitudes. L'anticyclone des Açores en est le parfait exemple. Il influence beaucoup notre climat européen, en fonction de ses déplacements par rapport à son emplacement d'origine.
Principaux centres d'action en hiver
Centres d'action planétaires en hiver
Carte des centres d'action, Anticylone (A) et Dépression (D) en décembre, janvier et février ; avec pression moyenne au niveau de la mer.
Principaux centres d'action en été
Centres d'action planétaires en été
Carte des centres d'action, Anticylone (A) et Dépression (D) en juin, juillet et août ; avec pression moyenne au niveau de la mer.
À l'inverse des autres grands anticyclones stationnaires qui font souvent perdurer le beau temps, les petits anticyclones sont mobiles et ont une influence brève sur l'évolution du temps. Ces dorsales mobiles se trouve entre deux dépressions successives provoquant normalement un calme de un ou deux jours avec des éclaircies et quelques averses isolées et peu de vent. Elles sont généralement suivies par une nouvelle dépression.
Les perturbations atmosphériques
Les perturbations atmosphériques sont des phénomènes météorologiques qui se forment de l'opposition des masses d'air de l'atmosphère lorsque celles-ci se déplacent des régions de haute pression vers les régions de basse pression. Le passage d'une perturbation est synonyme de mauvais temps (pluie, neige, vent...).

Aux latitudes moyennes, une perturbation atmosphérique est un système dépressionnaire comprenant l'avant un front chaud, suivi d'un secteur chaud et terminé par un front froid.
Si l'on met sur une carte de surface les points ayant la même pression atmosphérique on obtient des lignes continues dont la forme ressemble à des ellipses concentriques. Ses lignes sont appelées isobares.
Retourner au contenu